Week of the Referee

Davantage de respect et de fair-play envers les arbitres : c’est l’engagement pris par les trois plus grandes fédérations suisses de sport en salle dans le cadre de leur campagne commune « RESPECT », lancée lors de la saison 2014 / 2015. Le programme se poursuit en 2016 / 2017 avec la « Week of the Referee ». Durant cette semaine spéciale, un grand merci sera adressé aux arbitres pour leur précieux travail et des actions supplémentaires permettront de présenter leurs activités.

Quatre principes régissent le comportement à adopter face aux arbitres (voir encadré).
Trop souvent, et dans la précipitation, l’arbitre sert de bouc émissaire pour les ratages des joueurs, la frustration des entraîneurs et le mécontentement des spectateurs. Les arbitres deviennent ainsi les cibles de toutes les émotions qui peuvent s’exprimer dans le sport et qui, en tant que telles, sont justifiables et rendent le sport si unique.
Le règlement de notre spécialité sportive permet le déroulement de compétitions fair-play. Les arbitres sont les gardiens des règles durant le match. Étant donné qu’ils sont neutres et moins fortement impliqués que les joueurs, les entraîneurs ou les spectateurs, ils sont en mesure de prendre des décisions de manière indépendante et impartiale sur la base du règlement.
Nous souhaitons remercier régulièrement les arbitres pour ce travail essentiel. Serrer la main de l’arbitre après le match devrait aller de soi.
Avec la « Week of the Referee » du 16 au 22 janvier 2017, nous entendons exprimer notre sincère gratitude envers tous les arbitres et rendre hommage à leur travail en les plaçant au centre de nos comptes rendus.

Les quatre principes pour les entraîneurs et les athlètes

RESPECT face à l’arbitre signifie…
1)   … que l’arbitre peut aussi faire des erreurs. Ce n’est qu’un être humain et il doit prendre des décisions en quelques fractions de seconde.
2)   … que nous restons calmes lors de situations controversées et que nous nous concentrons sur le jeu. De toute façon, nous ne pouvons plus changer les choses à postériori.
3)   … que nous ne critiquons pas et ne commentons pas les décisions de l’arbitre. Seul notre capitaine parle avec l’arbitre durant le jeu.
4)   … que tous les joueurs remercient l’arbitre après le coup de sifflet final. Il aime le sport autant que nous et exerce souvent ses activités de façon bénévole.

Portraits

Pendant la „Week of the Referee˝ nous allons publier à cet endroit des portraits fascinants des arbitres actifs.

Comment devenir arbitre en Suisse

La carrière d’arbitre débute par un cours d’arbitre régional composé d’une partie théorique et d’une partie pratique. Une fois le cours suivi, on arbitre des matchs de ligue régionale de Swiss Volley. Avec la 1e ligue, on a atteint le plus haut niveau en tant qu’arbitre régional. Si les réactions des Referee Delegates sont positives et que l’on a envie de plus, on peut s’intéresser à entrer dans le cadre des arbitres nationaux. Pour se faire, des journées de détections ainsi que des examens sont à effectuer. Dès que ces conditions sont remplies, on peut arbitrer des matchs de LNB et LNA. Les exigences sont élevées mais les matchs d’autant plus intéressants. De plus, l’arbitre national voyage dans toute la Suisse.

Un arbitre ayant pu se faire une certaine expérience sur plusieurs années au niveau national et qui est très bien évalué par la commission des arbitres a la possibilité de se hisser au niveau international. Cette démarche commence par un cours de plusieurs jours quelque part sur la planète. L’arbitre est ensuite à la tête de rencontres internationales en Europacup ou de matchs d’équipes nationales et peut grimper les échelons grâce à un certain savoir et à de bonnes évaluations. De nombreuses années d’expériences et de très bonnes performances peuvent ensuite mener l’arbitre à des convocations pour les championnats d’Europe ou du monde, voire même aux Jeux Olympiques.

As-tu envie de devenir arbitre? Annonce-toi auprès de ton club qui pourra te renseigner sur les dates des cours de ta région. N’hésite pas!